Prélèvement à la source: faites vite des travaux dans vos biens locatifs.

 

Ps

 

Avec le prélèvement à la source, les revenus fonciers seront non imposés durant l’année blanche, rendant moins intéressant la réalisation de travaux cette année-là. Que change le report d’un an de cette réforme ? Un expert nous répond.

Un propriétaire qui loue ses biens peut normalement déduire 100 % de ses charges pour travaux de son revenu foncier imposable. Avec un prélèvement à la source prévu initialement en 2018, les revenus fonciers de 2017 auraient été non imposés, rendant nettement moins intéressant de les réaliser durant cette année blanche. Jusqu’à ce qu’on apprenne, mi-juillet, le report à 2019 du prélèvement à la source.

 

Comment financer des travaux dans son logement à moindre coût ?

Le Figaro Immobilier - Quelle est la règle de déduction fiscale lorsqu’on réalise des travaux?

Valérie Bentz* - Habituellement, les revenus fonciers doivent être déclarés à l’impôt sur le revenu pour leur montant net, c’est-à-dire la somme des loyers encaissés moins les charges (assurance, taxe foncière, travaux…). Si cela aboutit à un montant négatif, on parle de déficit foncier. Celui-ci peut être déduit du revenu global de la même année, jusqu’à 10.700 euros. Si le déficit excède 10.700 euros, le solde est reportable sur les dix années suivantes.

 

Que change le report du prélèvement à la source (PAS) de 2018 à 2019? Concrètement, à quel moment faire des travaux devient rentable?

V.B - Si vous faites des travaux en 2017, du fait du report du PAS, l’opération sera rentable puisque vous faites vos déductions habituelles sur 2017. Toutefois, si les travaux que vous faites en 2017 génèrent du report en 2018 (dégagent un déficit foncier reportable, ndlr), vous ne pourrez pas profiter de l’avantage de la déduction à hauteur de vos revenus fonciers 2018 du fait de la «non-imposition» de vos revenus 2018.
 

Pour 2018, le contribuable est pénalisé pour les mêmes raisons qui vont rendre «non imposable» les revenus 2018. Il ne paiera pas d’impôts sur ses revenus fonciers, rendant ainsi inutile toute déduction imputable aux revenus fonciers, sauf si le montant de ses travaux est deux fois supérieur à celui de ses revenus fonciers auquel il faut ajouter 21.400 euros (2 fois 10.700€), selon nos calculs.
 

Enfin, réaliser des travaux en 2019 n’est pas forcément très rentable non plus. En effet, le contribuable ne pourra déduire, pour les dix années qui suivent, que 50% du montant de ses travaux. Sauf en cas d’urgence, il vaut mieux qu’il attende 2020 pour déduire 100 % de ses charges pour travaux de son revenu foncier imposable.

* responsable du département des études patrimoniales chez UFF

Source

Parties communes Législation Budget